RESTER DEBOUT FACE À LA BARBARIE – Sacem

Les terroristes qui ont tué aveuglément à l’intérieur du Bataclan, aux terrasses de cafés et de restaurants, aux abords du Stade de France, ont voulu s’attaquer à nos libertés, à notre jeunesse, à notre mode de vie où l’art et la culture occupent une place prépondérante, à nos valeurs qui fondent notre démocratie et notre société ouverte et tolérante.

Au nom de ses 153 000 membres en France et dans le monde, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique et l’ensemble des salariés de la Sacem expriment leur horreur absolue face à ces actes lâches et abjects qui ont frappé tant de personnes parmi lesquelles de très nombreux spectateurs et professionnels des métiers de la filière musicale réunis au Bataclan par leur amour de la musique.

Ils expriment leur profonde compassion pour les victimes, partagent la douleur de leurs familles, de leurs proches et ont une pensée particulière pour les blessés dont certains sont toujours entre la vie et la mort.

Ils pensent notamment à leurs amis et collègues du Bataclan, de Mercury et d’Universal, d’Alias Productions, de Nous Productions, d’Astérios Spectacles, des Inrockuptibles et de France 24 qui figurent déjà parmi les victimes.

Face à la terreur et à la barbarie, il n’y aurait de pire attitude que de céder ou de renoncer à nos valeurs communes. La musique incarne cette liberté que les terroristes ont voulu étouffer en frappant le Bataclan.

Comme des millions de Français, le monde de la musique reste debout et rappelle son attachement à la liberté d’expression et de création.

Le Conseil d’administration de la Sacem a d’ailleurs pris la décision de créer, dans le cadre de son action culturelle, un fonds de soutien exceptionnel pour venir en aide aux professionnels du spectacle vivant pour lesquels les attentats du 13 novembre auront des conséquences économiques inévitables.